Éditorial 2010 : Différence(s) inédite(s)

Troisième volet de la saison cinématographique Univerciné 2009-2010, le Festival du Film Italien de Nantes propose une sélection de 17 films, dont 2 documentaires. C’est un festival placé sous le signe de la différence déclinée sous plusieurs formes, et aussi de la diversité des genres. Du nord au sud de l’Italie d’aujourd’hui, se succèdent des histoires drôles,  violentes, noires et incongrues qui donnent quelques exemples de ce « bel paese » d’aujourd’hui, riche de contradictions et de différences, et pourtant prêt à se mettre en discussion. Cette exploration revêtira la forme de nombreux films inédits comme pour montrer que la découverte de l’Autre nécessite des formes nouvelles. Nous accueillerons 2 réalisateurs qui présenteront leurs films au public et débattront à l’issue des projections.

FILMS INÉDITS :
Diverso da chi ? / Différent de qui ? inaugure cette nouvelle édition du Festival du Cinéma Italien, en renouant avec la tradition de « la commedia all’italiana ». Le réalisateur Umberto Carteni sera présent au Katorza (sous réserve).
Un giorno perfetto / Un jour parfait. Le dernier film d’un grand réalisateur, Ferzan Ozpetek, dont le scénario est signé par Sandro Petraglia, l’un des meilleurs scénaristes de sa génération. Superbe interprétation d’Isabella Ferrari et d’un Valerio Mastandrea dans un rôle différent de ses rôles habituels.
Italians. « Les Italiens sont le peuple au monde qui fait le plus sonner les détecteurs dans les aéroports » : dit un sondage effectué par le New York Times et utilisé en épigraphe de cette comédie. Nous découvrons les vices et les vertus des Italiens en voyage à l’étranger. Comme quoi, les Italiens se font toujours reconnaître où qu’ils aillent…
Galantuomini / Les notables. La mafia est au coeur de ce drame sentimental signé Edoardo Winspeare, réalisateur né dans le sud de l’Italie et qui ne cesse de filmer sa région natale. Donatella Finocchiaro est impressionnante dans le rôle d’une femme au coeur d’un système criminel.
Tutta la vita davanti / Toute la vie devant soi. Paolo Virzì a tourné un film sur le travail précaire en Italie, sur un ton grotesque et délicat mais avec beaucoup d’humanité. Une comédie à l’Italienne, où le sourire final, ne peut être qu’amer. Un casting d’exception : Sabrina Ferilli, Massimo Ghini, Elio Germano, Valerio Mastandrea et une superbe inconnue :  Isabella Ragonese. Pour conclure en beauté le festival 2010… à ne pas rater.

DES AVANT-PREMIÈRE :
Io sono l’amore / Je suis l’amour. Ce film a été défini comme postmoderne, des références à Pasolini ont été évoquées, ainsi qu’une filiation à la tradition des classiques du cinéma italien. Avec Alba Rohrwacher, que nous avions vue l’année dernière – le public s’en souviendra – dans le difficile et magistral rôle de Giovanna dans Il papà di Giovanna.
La Pivellina. Ce film met en scène, avec beaucoup de justesse et de sensibilité, les thèmes des préjugés, de la discrimination et de la vie des marginaux qui peuplent la banlieue de Rome.
La prima linea / La première ligne « librement » adapté de l’autobiographie Miccia corta (La mèche courte) de Sergio Segio. « Prima Linea » était une organisation communiste armée, tristement célèbre pendant les « années de plomb ».
Il grande sogno / Le rêve italien. Réalisé par Michele Placido. Le public se souviendra de ce grand succès international qu’a été son Romanzo Criminale. Dans le casting d’Il grande sogno, on retrouve Luca Argentero et Riccardo Scamarcio.

DES GRANDS CLASSIQUES / DES FILMS DE RÉPERTOIRE
Malèna. Ce drame de Guiseppe Tornatore (Cinéma Paradiso, Une pure formalité…) aborde – comme la Ciociara – le thème des femmes prises dans l’étau de la guerre. Le cadre cette fois-ci est rural. Malèna est une femme-courage sicilienne qui horripile les femmes par sa beauté et ensorcèle les hommes. Comme dans Cinéma Paradiso, le destin de cette femme est observé par les yeux d’un tout jeune garçon, Renato.
La Ciociara de Vittorio de Sica. Grand classique du cinéma italien, adaptation du roman homonyme d’Alberto Moravia, sur un épisode de la deuxième guerre mondiale en Italie. Inoubliable interprétation de Sophia Loren.
Lo scopone scientifico / L’argent de la vieille. Un incontournable de la « commedia all’italiana ». Ce film amer, cruel et hilarant à la fois, est une satire féroce interprétée par le mythique Alberto Sordi, Silvana Mangano et Bette Davis. À revoir sans cesse. Ce film sera présenté par Guy Le Batteux, fondateur du Département d’Italien de l’Université de Nantes, vendredi 5 février à 14h.
Le notti bianche / Les nuits blanches. Troisième grand classique de cette édition du festival. Ce film a valu à Luchino Visconti le Lion d’Argent en 1957. Il sera présenté par Walter Zidaric, samedi 6 février à 14h05.

DEUX DOCUMENTAIRES DE FEDERICO FERRONE
La Merica/ La Mérique et Il nemico interno – Musulmani a Bologna / L’ennemi de l’intérieur – les Musulmans à Bologne. La Merica et Il Nemico interno abordent la question de l’immigration/émigration entre l’Italie et le Brésil (La Merica) et de l’intégration (Il Nemico interno). Les changements récents qui ont touché l’Italie ont transformé le pays en terre d’immigration, ce qui pose différents problèmes concernant l’intégration des nouveaux arrivants dans la société italienne. Federico Ferrone se penche sur la question sans prendre parti, en laissant la parole au spectateur. Edifiant et révélateur !

ET AUSSI :
La Pizzicata. Ce film sera présenté par Marina Arnesano du Centre Culturel Franco Italien de Nantes et Eugenio Imbriani, professeur d’anthropologie à l’Université de Lecce en Italie, jeudi 4 févier à 20h30. La Pizzicata traîte du tarantisme, un phénomène complexe fondée sur la croyance que la morsure d’une certaine araignée provoque un malaise ne pouvant être surmonté que par le recours à la musique et à la danse. Un film au coeur des traditions du Sud italien.
La siciliana ribelle / La Sicilienne rebelle. Inspiré d’un fait réel, ce film raconte le courage d’une jeune femme qui refuse d’accepter passivement, comme l’avait fait sa mère et la mère de sa mère, le destin qui aurait dû être le sien : celui d’une femme soumise condamnée à fermer les yeux dans un univers dominé par la pieuvre de la mafia.

LES PRIX :
Le Prix Univerciné va être choisi par douze étudiants français et étrangers de l’Université de Nantes, toutes filières confondues, encadrés par Louis-Jean Ropars, spécialiste de cinéma à l’Université de Nantes. Et pour la première fois cette année… cinq lycéens, italianistes et passionnés de cinéma, encadrés par leurs enseignantes Catherine Tisserand et Emilie Lehours, vont choisir le meilleur film inédit en compétition pour le Prix des Lycéens. Les films en compétition sont signalés par une étoile (★).

Buona visione !
L’équipe organisatrice, Stefania Cubeddu, Gloria Paganini, Walter Zidaric

2016-10-28T11:16:07+00:00